Rolemaster JDR

Profiles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Profiles

Message  Eryn le Jeu 12 Juin 2008 - 18:26

lol, y'en a qui se reconnaissent? lol!

LE RÔLISTE

On peut dire sans trop se tromper que la catégorie des rôlistes est l’une des plus sinistrées en connerie qui soit. Sinistrée car regroupant souvent plusieurs autres déjà bien gratinées. Ce qui fait toute la saveur du rôliste, c’est son incroyable complexe d'infériorité et un manque de personnalité rare, d’où le besoin de s’identifier à d’étranges créatures aux pouvoirs incertains, leur permettant de combler une impuissance existentielle, intellectuelle et sexuelle parfois.
Le rôliste est une espèce dérivée du métalleux qui, comme tous ses homologues à la longue crinière poisseuse, se considère comme étant une race supérieure et élitiste. Avant tout, débarrassons-nous des préjugés, le rôliste n’aime pas le Seigneur Des Anneaux. Il n’aime que Lord Of The Rings ! Faut pas confondre ! Subtile nuance qui ne lui sert qu'à se démarquer des autres moutons et à montrer qu’il connaît le nom original, bien qu’il n’ait jamais lu les bouquins. C’est avant tout de chose une trilogie de films pour lui… En effet, comment rester élitistes si nous écoutons/voyons/lisons ce que tout le monde écoute/voit/lit ? Nous mangeons de la merde, mais au moins, nous sommes les seuls à le faire !…

Le rôliste à la papa, qui jouait sur table, avec des feuilles d'aventure, des dés à 643 faces et un « maître du jeu » faisant semblant d'avoir une imagination débordante mais qui, en réalité, ne faisait que remixer une pauvre histoire lue la veille dans un Livre Dont Vous Etes Le Héros avec des bouts de Star Wars, c'est fini tout ça. Le Net a bouleversé sa vie minable. Il passe désormais le plus clair de son temps devant son ordinateur. Le jeu en réseau c’est sa vie, son moyen de se faire des amis, qu’il appellera toujours des « alliés », de vivre dans un monde dans lequel il éprouve le besoin de sentir reconnu, voire même supérieur, mais nous le prendrons toujours pour un débile lorsqu’il ira demander un tonneau d’hydromel au « Maryland », le bar PMU du coin. Seul lui et ses amis… pardon ! « alliés », se sentent supérieurs au reste de la population pour qui, soit n’existent même pas, soit sont une bande de clowns moyenâgeux sans aucun sens de l’esthétique et de la propreté. Cheveux longs, sales et gras de préférence, pellicules blanches et croûtes jaunâtres sur le cuir chevelu en bonus, le rôliste aime à vivre négligé, comme ses ancêtres. Pour lui, parler de cervoise pour désigner la bière n’est pas archaïque, c’est sa façon de sortir sa science. Un bistrot est une taverne. Il s’y rend souvent afin de rencontrer ses alliés pour pouvoir organiser un jeu de rôles sur carte Magic ou pour jouer aux petits soldats avec leurs Warhammers.

Le rôliste a des atomes crochus avec les cosplayers. Pour lui, porter un casque de viking pour aller acheter le pain relève de la classe la plus authentique. Il ignore les moqueries qu’il peut entendre. Déjà, parce que son casque lui recouvre les oreilles, faisant ainsi de parfaits isolants au bruit du monde extérieur et puis bon, il n’a pas non plus emporté avec lui sa fabuleuse épée légendaire, qu'il a trouvé lors d'une périlleuse quête dans la forêt magique d'Ebay, afin de punir le perfide petit enfant hilare qui a dit à sa mère en le voyant : « Regarde Maman, c’est Asterix !!! » Il se vengera un jour tout de même.
A la différence des goth-poufs et autres naines visualeuses, le rôliste vient d’un milieu très populaire. Ses parents sont pauvres. C’est la basse classe, limite prolétaire. Alors que la goth-truie pourra taper sans problème son cadre sup' de père pour se payer une robe-serpillière griffée Moi-Même-Coupée-En-Deux-A-Moitié à 500€, le rôliste, lui, ne pourra espérer, au mieux, que le dernier Final Fantasy 12 X’ Turbo Alpha à 75€. Et encore, si papa a travaillé plus pour gagner plus ce mois-ci…

Proches de part leur mentalité et leurs prouesses orthographiques des skyblogiens, les rôlistes ont depuis peu envahi le net, un endroit fantastique peuplé d’autres schtarbés où ils ont donc parfaitement leur place. Regroupés sur les forums aceboard ou forumactif, qui sont aux forums ce que Skyblog est aux blogs, les rôlistes défendent par ailleurs leur serveur préféré, jugeant les autres « tro nul » car « on peu pas fére de bo design ». Et pourtant… Généralement nul en css et création graphique, le rôliste passe la moitié de son temps sur les forums de création où il attend avec impatience le futur design de son forum ripou ou son futur avatar de guerrier farouche.
Quel que soit le forum, le rôliste use presque tout le temps du même personnage, non pas parce qu’il l’aime bien mais plutôt parce que celui-ci lui a déjà demandé, selon lui, beaucoup d’efforts. Et oui, le rôliste est bien connu pour son imagination sans limites. Son personnage est tout son contraire : beau, riche, musclé, intelligent, populaire, charismatique et irrésistible. Ou bien c’est un très vilain méchant sadique. Enfants battus, assassins, orphelins, « skyzofrénes », les forums de jeux de rôles regorgent de personnages psychopathes et malheureux ayant massacré leurs familles à coups de hache ébréchée parce que celles-ci les martyrisaient en leur interdisant de regarder Bob l’éponge à la télé.
La télé, justement, fosse à lisier dans laquelle plonge généralement tout habillé le rôliste lorsqu’il n’est pas sur Internet, et qui l’influence grandement puisque notre ami, sur ses avatars, ne prend que des célébrités à la con issues de sitcoms et autres séries américaines. Il ne faut donc pas s’étonner de croiser cinquante Rachel Bilson et vingt-cinq Jensen Ackles sur uniquement trois forums différents. On a pu observer aussi ces derniers temps une invasion massive de tapettes nippones sur les forums de jeux de rôle. Des Ruki, des Miyavi, des Toshiya et autres travelos ridicules, la plupart du temps joués par des pauvres filles, cérébralement mortes depuis des années, et ne s’inscrivant sur ces forums que pour faire des sujets de cul avec leur « chiwiiiiie tro choupi »…

Son régime alimentaire littéraire n'est composé que de bouquins sur les mille et une façons d'élever un dragon, de grimoires truffés de sortilèges achetés à la Fnac rayon « livres pour la jeunesse », des histoires de monde surnaturel et de catalogues vendant par VPC des armures et autres épées. Tous les rôlistes vous diront « C’est juste pour s'amuser qu’on fait ça ! », mais ce ne sont que des balivernes ! La vérité, c’est que le rôliste rêve de devenir son personnage, d’avoir des amis guerriers, de chevaucher des dragons, de se taper en levrette une femelle orc, de vivre dans les bois et de tuer des monstres. Il faut également savoir que le rôliste accorde beaucoup plus d’importance à son personnage qu’à sa propre vie, qui de toute façon, avouons-le, est déjà foutue. Un examen à passer ? Pas le temps ! Il a son épreuve finale virtuelle afin d'obtenir son insigne de ninja de niveau 18. Une sortie à la pizzeria du coin avec des amis ? Impossible ! Il doit virtuellement aider son camp à gagner la guerre contre Sauron/Dark Vador. Une petite amie ? Restons sérieux… De toute façon, pourquoi voudrait-il d’une véritable copine alors que sur son forum, il est marié à une belle elfe des bois qui peut faire un Kamehameha avec ses seins… Il n'a aucune vie mais l'a quand même ratée, faut le faire !

Une dernière petite chose. Contrairement au wowiste, dernière évolution en date de la branche des losers no life (comme quoi, même dans la dégénérescence on peut aussi évoluer…), le rôliste sort parfois de chez lui. Il va au cinéma déjà, pour aller voir de pauvres étrons hollywoodiens magiques comme Eragon ou la saga des Harry Potter. Mais aussi, pour vivre en vrai ses fantasmes. Et oui, quand les mondes virtuels du Net ne suffisent plus à le faire vivre dans son univers, les plus atteints passent à la pratique en dur. Habillés en guerrier, sorcier ou gnome, ils se réunissent en forêt, la nuit évidemment, et après avoir formé deux clans, ils s’éparpillent afin de se trouver nez à nez avec un rival et se taper dessus avec des épées (en mousse), parer les coups meurtriers avec des boucliers (en mousse) et conjurer des sortilèges à grands coups de « hocus pocus findus » et de bruitages faits avec la bouche. Ça postillonne sec ! Vous êtes garde-champêtre et vous tombez sur ces allumés un soir de pleine lune ? N’ayez crainte, ce ne sont pas des braconniers ni même les pensionnaires de l'asile de fous du coin qui se sont sauvés, ce sont juste des sous-produits carnés chiés par la société de consommation occidentale des loisirs. Mais vous pouvez quand même leur tirer dessus si ça vous amuse, ils ne risquent rien. En bons ninjas virtuels qu'ils sont, ils se sont virtuellement entraînés à éviter des projectiles virtuels allant à une vitesse proche de celle de la lumière virtuelle et n'attendent qu'une occasion pour tester leurs aptitudes virtuelles dans la réalité réelle... Et puis, ils portent tous l'ancêtre du gilet pare-balles : la cotte de mailles (en mousse).


Dernière édition par Eryn le Jeu 12 Juin 2008 - 18:35, édité 1 fois

_________________
Enter if you dare...
avatar
Eryn
Admin

Nombre de messages : 331
Age : 34
Location : Tokyo - Los Angeles - Amneville
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darkelvenguild.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Eryn le Jeu 12 Juin 2008 - 18:35

LE MÉTALLEUX

Le métalleux est présent dans toutes les tranches d'âge. Il s’habille en noir, a toujours les cheveux longs, sales et gras, portés sur une bonne petite tête de gagnant, et est parfois tatoué et/ou piercé. A défaut d’être un intellectuel, le métalleux est un manuel : il fait sans arrêt des doigts d'honneur, forme les cornes du diable avec sa main et headbang (secoue la tête) pour se débarrasser de ses pellicules les plus tenaces en écoutant sa musique.
Là-dessus, le métalleux se considère comme l'élite musicale. D'après ses dires, le métal est un style difficile d'accès, très complexe, alors qu'en fait, il s'agit juste de reproduire en moins de quatre notes sur une guitare électrique le même son que l’on entend sur un chantier de démolition et de faire dans un micro la meilleure imitation possible d’un cancéreux de la gorge.
La musique japonaise lui passe complètement au-dessus du cigare, puisque les groupes de métal japonais ça n'existe pas. C'est en tout cas ce qu'il dira même si certains considèreront cependant le rock visuel comme du métal ce qui amusera toujours au plus haut point les initiés.
Afin d’être précis, classons le métalleux en trois catégories parmi les plus connues.

Le métalleux rebelle

C’est le plus répandu. Il a en général entre 12 et 18 ans et peu de repères musicaux. C’est alors que notre cher ami découvre les joies de la bande, des copains, etc. L’influence du gang s’exerce sur lui qui n’est qu’un mouton innocent en quête d’un modèle à suivre. Une véritable feuille blanche attendant d'être écrite. Grâce à ses petits camarades donc, il vient d'avoir LA révélation en écoutant des groupes « super dark » comme Rammstein, Linkin Park, System Of A Down, et surtout Slipknot (LA référence des métalleux rebelles). Il découvre alors ses nouveaux dieux. Comment a-t-il pu vivre auparavant sans eux ? En se distinguant des minettes qui écoutent Paris Hilton, des racailles et autres « mecs de la téci qui ont souffert leur race », notre métalleux se sent différent. Il pense écouter des groupes détenant la vérité vraie. Il a trouvé sa voie, sa raison d'être.
Evidemment, il faut qu'il affiche cette nouvelle personnalité au grand jour, donc, nouveau look. Il décide d’aller dévaliser les magasins de skate, comme l’Indien Boutique et Goéland Productions. C’est dans ces endroits qu’il trouvera son bonheur. Des baggys XXXL qui lui tomberont jusqu’aux genoux pour que l’on puisse admirer son caleçon, des pulls à capuche avec des messages hautement intellectuels tels « All we need is beer », « Fuck Bush », « casse-couilles et fier de l'être » etc.
Autre marque de fabrique du métalleux collégien : son sac à dos qu’il ne quittera plus, même vide, mystère encore irrésolu. Dessus, on y trouve toute sorte de choses : des badges « anarchie », dont il confond parfois le signe avec « peace & love », les autocollants officiels des groupes qu’il affectionne ainsi que des messages stupides marqués au Tipp-Ex : Che 4ever (dont il pense qu’il est espagnol…), le nombre 666 et le classique : « mort au capitalisme »… En effet, notre métalleux veut affirmer sa haine contre la société capitaliste dans laquelle il vit. Cette même société qui lui permet d’être ce qu’il est. C’est sa petite touche personnelle et croit être le seul à avoir le courage de porter des slogans aussi forts et engagés…
Mais c’est surtout la musique qui l’intéresse. Pour briller devant ses autres collègues métalleux, il dira que le métal lui fourni de l'émotion, lui fait oublier les soucis quotidiens etc. Mais en réalité, c'est uniquement quelque chose qui lui permet d'emmerder ses parents ! Comme tous ces foireux, le métalleux rebelle est avant tout un ado en pleine crise mais qui n'ose pas ouvrir sa gueule devant son père strict et alcoolo qui l'a élevé à coups de ceinturon et de nerf de bœuf. Et c'est donc à l'aide de métal de supermarché qu'il pourra crier par procuration toute sa colère intérieure.
Il choisit avec grand soin ses groupes. Il faut impérativement que le chanteur « gueule ». Le rock, ce n'est pas assez braillard pour lui, il a besoin d’artistes dont il peut dire : - « C'est des oufs ! Ils sont vraiment trash dans leurs têtes ! ». Il est aussi hystérique devant un gros guitariste rouquin qu’une goth-pouf face à un travelo japonais édenté… Il est en adoration devant les membres d’un groupe qui font tout ce que lui n’ose pas faire, d'où le qualificatif de « oufs »…
Oui, le métalleux rebelle se satisfait de très peu de choses. Il est en revanche inconcevable pour lui de s'ouvrir à d'autres styles musicaux. Le rap ? Musique de racailles de merde ! La pop ? Musique de pétasses de merde ! Le classique ? Musique d'intellos de merde ! La new wave ? Musique de vieux cons de merde ! etc. Le rap est d'ailleurs l'ennemi juré du métal. Les deux clans se disputent sans arrêt dans les cours de récré avec, comme imparable et seul argument : « Le rap/métal c'est de la merde ! » Ça vole très haut…
Passé 18 ans, deux chemins sont possibles : soit il arrêtera son tapage diurne car il a le BAC à passer, et puis il a fini par prendre une douche, est allé chez le coiffeur et, grâce à ce gros coup d'hygiène, s’est trouvé une copine dans la foulée. Il n’a donc plus le temps, a évolué et revendra ses disques à la prochaine foire au troc de sa ville ; soit il n'évoluera pas et s'enfoncera un peu plus en devenant un true métalleux.

Le true métalleux

Agé de plus de 18 ans, souvent ancien métalleux rebelle, le true métalleux écoute désormais, comme son nom l'indique, du true metal : Metallica, Death, Cannibal Corpse, Scorpions (parfois en cachette car même lui a compris que ce dernier groupe faisait de la soupe Top 50). Ça fait tout de suite plus sérieux, plus adulte !… Pourtant, les changements ne sont pas très importants au niveau musical : toujours du bruit saturé et un chanteur cradingue d’une laideur repoussante qui ne sait s’exprimer de la même façon que s'il s'était coincé les testicules dans une porte… Seuls les textes changent vraiment. Après l'adolescence, il a eu l'idée de lire les paroles des chansons de ses ex groupes favoris et il fut bien déçu. Celles de Linkin Park ne contiennent même pas un seul « fuck » !! Il y a vraiment tromperie sur la marchandise là ! Voilà pourquoi il faut maintenant plus au jeune métalleux. C’est comme la drogue. Il se renseignera donc sur Internet pour connaître les groupes les plus hard et les plus méchants. Il découvrira ainsi le death metal, thrash (qu'il écrira souvent « trash »…) metal, black metal, metalcore etc.
Musicalement, notre métalleux devient de plus en plus extrémiste. Tout groupe qui n’aura pas un nom ayant une sonorité viking, « underground-des-caves », ou de chanteur vomissant son kebab dans son micro, est un groupe commercial de merde. Etant extrémiste musicalement, il devient extrémiste tout court. Celui qui n’est pas comme lui est un con. Le métalleux a en effet une vision manichéenne. Quand on pense que les racailles et les métalleux se font la guerre alors qu'ils sont exactement pareils…
Il y a aussi les combats qui changent. Le lycée étant fini, il ne pouvait plus se fritter à des rappeurs et sentait donc sa raison d'être s'envoler. Alors il s'est trouvé un nouvel ennemi : le neo metal. Le true métalleux a une totale aversion pour ce style. Pourquoi ? « C'est de la merde ! » CQFD. Le true métalleux n'aura jamais d'autre justification. Mais quels sont ces groupes honnis ? Linkin Park, Slipknot… Bien sûr, il n'avouera jamais qu'il les adorait pendant sa jeunesse, c’est-à-dire l’an dernier… Il essaye de nous faire croire qu'il est né et a toujours été un true métalleux… Les plus extrêmes auront la même aversion pour le métal dit « mélodique », qui n'est pas vraiment différent, mais que le true métalleux considère comme une forme impure, vouée à être commerciale, un genre de trahison…
Après avoir passé trois ans au lycée, mais souvent plus car sa tête ne lui sert qu’à être secouée pour faire tourner sa tignasse graisseuse, notre métalleux quitte ce monde insouciant où il était couvé par le système administratif. Il entre soit à la fac, dans une école ou dans la vie active. C’est alors que les moqueries commencent. Au lycée, se sentir différent et jouer les rebelles, c’est cool, mais après le lycée ça l’est moins. On se moque de ses cheveux à l’huile, de ses jeans dans lesquels on pourrait en mettre quatre comme lui, de ses groupes régurgiteurs etc. Bref ! de sa personne et là, il prend enfin conscience qu’il est ridicule. Suivant son caractère, il peut se suicider en s’immolant dans un immense bûcher où il fera tout d’abord cramer ses Cd gravés, ses fringues purulentes puis lui-même en se jetant dedans. Ses dernières paroles sont souvent : « ANARCHIIIIIIIIIIE… Ayayayayayaïllle, ça brûûûûûûûle… »…
Mais la plupart du temps, notre ancien métalleux rejoint le deuxième groupe de personnes dans son monde manichéen : les gens normaux. Ces cons inintéressants qu’il méprisait tant avant, il en fait désormais partie mais avec toujours un pincement au cœur quand il entend quelqu’un vomir ou voit un djeun’s arborant un T-shirt prônant l'anarchie. « Ah… c’était le bon temps ! » se dit-il, avant de se replonger dans son boulot : surveillant de la friteuse chez McDo. Au moins, il est sûr de garder les cheveux gras…

Le métalleux sataniste

Le métalleux sataniste est en général un ado entre 12 et 18 ans. A la base, simple métalleux classique, il a trop pris au sérieux les clowns du black metal qui se maquillent et arborent toujours un air diabolique sur les photos. Etant naïf, voire même très con, il n'a pas assez d'esprit pour prendre du recul devant tout ça. C’est du premier degré total pour lui.
Le métalleux sataniste se sent rejeté de tous, même de sa propre famille. Heureusement il a découvert son libérateur en la personne de Satan ! Et c'est donc pour l'invoquer, et s'échapper de cette vie de merde (il le répète souvent), qu'il se peinturlure le visage en noir et blanc, parfois du rouge pour imiter du sang, et écoute ses groupes favoris : Cradle Of Filth en tête, suivi de Dimmu Borgir ou Venom. Il ne considère pas tout ça comme de la musique mais comme une vraie religion. Ah ! Comme il aimerait pouvoir incendier l'église de son patelin ! Si seulement il n'avait pas acheté tous ces Cds et cette trousse à maquillage Yves Rocher en promo, il aurait pu se le payer son bidon d'essence !… Ou alors, a-t-il peur de la réaction de maman ? Ben oui, le sataniste a beau se revendiquer fort, né pour servir Satan, et par conséquent destiné à devenir l'élite, c'est toujours ses parents qui lui donnent à manger. Mais ça, il ne faut surtout pas lui en parler.
Comment évolue-t-il avec le temps ? Comme le métalleux rebelle, le métalleux sataniste se rend compte qu'il n'aura pas son BAC en cassant les oreilles des gens et ira donc ranger son pot de peinture et ses crânes humains en os de plastique véritable. A regret. Il est toujours douloureux de devoir abandonner ses jouets et de devenir adulte.
Deuxième possibilité : il s'est rendu compte de toute sa connerie, a honte et décide de se venger en exploitant ceux qui n’ont pas encore fait leur auto-critique. Grâce à un plan de carrière mûrement établi, il devient chanteur, prend un pseudo ridicule, comme Martine Mesrine, par exemple et pompe tout l'argent de poche des jeunes métalleux satanistes.
Troisième possibilité : c'est un malade mental. Vous savez, ces satanistes surhumains qui égorgent des caniches, éjaculent sur des tombes et espèrent un jour qu'une belle vampire acceptera de planter ses crocs factices dans sa verge semi-molle. Et oui, à haute dose, le chichon, ça ravage les corps caverneux…
Paradoxalement, avant de devenir un boulet métallique, il était peut-être un jeune apprécié ; peut-être même qu'il faisait le bonheur de ses parents en rangeant sa chambre… Alors pourquoi a-t-il choisi cette voie ? Comme tant d'autres sous-produits chiés par la société de consommation des pays trop riches : l'ennui. On les crée juste pour acheter. Il dira le contraire évidemment et expliquera que le métal est un état d'esprit et qu'il est différent des autres etc. Bien sûr, ils sont tous différents des autres ces gens-là, ils ont les mêmes fringues, les mêmes gueules, écoutent la même musique, mais ils sont tous différents… Pauvres gens.

_________________
Enter if you dare...
avatar
Eryn
Admin

Nombre de messages : 331
Age : 34
Location : Tokyo - Los Angeles - Amneville
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darkelvenguild.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Anar-sule le Ven 13 Juin 2008 - 11:46

Mais qui-donc a écrit ses conneries et autres débilité ! Evil or Very Mad C'est avec des gugus (gens serai trop d'honneur) que l'inquisition à commencer... Mad Sad

_________________
Rien ne sert de courir pirat
avatar
Anar-sule

Nombre de messages : 720
Age : 50
Location : Maizières-lès-Metz
Date d'inscription : 10/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.sanctuary.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Eryn le Ven 13 Juin 2008 - 19:38

C'est tres exagere, mais note quand meme qu'il y a du vrai dans le fond Very Happy

_________________
Enter if you dare...
avatar
Eryn
Admin

Nombre de messages : 331
Age : 34
Location : Tokyo - Los Angeles - Amneville
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darkelvenguild.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Kalisthan le Sam 14 Juin 2008 - 9:21

J'adore ! Very Happy Pour l'instant, je n'ai lu que le roliste mais ça m'a bien fait délirer ! J'aime bien cet humour qui mélange le vrai à une exagération sans fin Smile

JY si t'en as d'autre comme ça, fait partager geek
avatar
Kalisthan

Nombre de messages : 420
Age : 34
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Eryn le Sam 14 Juin 2008 - 21:06

oui, j'en ai plein Razz

Bon, puisque tu en redemande, je vais en mettre d'autres Very Happy

[celui ci est trop vrai, mdr!]

LE BOULET DES FORUMS

Le non respect des règles

- Le boulet écrit toujours son topic dans le mauvais forum.
Exemple : topic « quelle ait votre chansom jpop préférer? lol » dans le forum achat et vente…

- Le boulet fait toujours un topic du genre « quel est votre … préféré? » lors de son arrivée.
Exemple : topic « Quel est votre mambre de Dir Engrais préférer ? lol »

- Le boulet se sent utile lors de la création d'un sondage.
Exemple : « non non non répondez sans triché svp. aller je fait un classement du jour lol »

- Le boulet abuse de la fonction « nouveau sujet ».
Exemple : topic « vous avé vu battle royale 1? » suivi du topic « vous avé vu battle royale 2? »

- Le boulet est le champion pour créer des topics archi débattus.
Exemple : « où cé que je peu avoir des mp3? G pô trouver… LOL »

- Le boulet ne connaît pas la fonction « recherche » des forums qu'il fréquente.
Exemple : « je ne sé pas si on a dejà parler de sa ici mais où cé que je peut acheter des cd et dvd jpop? LOL »

- Le boulet ne connaît pas la fonction « éditer » et fait double post sur double post sans comprendre que ça énerve.
Exemple : Post 1: « LOL »
Post 2: « il va être genal cette album »
Post 3: « Je voulais dire génial, pas genal, mais génial, un album génial lol »

- Le boulet ne sais pas mettre un avatar.
Exemple : topic « comment je mé une image comme vous? LOL »

- Le boulet abuse des couleurs et de la taille des polices dans ses messages pour se démarquer.

Exemple : BOnjOur jE sUi nouVo00o! lol

- Le boulet abuse des smileys.
Exemple : « Dsl Je le frait plu » tears.gif cry.gif lol.gif

- Le boulet poste le plus possible, soit parce qu'il n'a que ça à foutre, soit parce que c'est un nouveau jouet dont il ne peut se passer.
Exemple : Statistiques: 70 messages par jour. Grade : ne se déconnecte plus.

- Le boulet insiste pour faire de la pub pour son blog, site, etc.
Exemple : « je vous conseil d'aller sur mon site, www.letbou.fr.st, y a toutes les nouveauté et maime les news LOL »

- Le boulet écrit en majuscules parce qu'il pense qu'il sera plus lu.
Exemple : « LE WEE-KEND ARIVE ET JAI BESOIN DE FOTOS DE HUTADA IKARU LOL »

- Le boulet n'a aucune connaissance de l'orthographe et/ou écrit en langage sms.
Exemple : « X jpane c lé + grond!!! »

- Le boulet demande des choses qui se trouvent sur Google.
Exemple : « avé vous l'addresse de google.fr svp »

- Le boulet dialogue avec une autre personne à raison d'un message par minute, comme sur un chat.
Exemple : « lol » ; « je te dirai sa sur msn » ; « d'accord » ; « revenons au sujet »; « oui revenons au sujet lol »

- Le boulet ne sait pas faire un topic avec un nom précis, dans l'espoir que tout le monde lira pour connaître la suite.
Exemple : topic intitulé « Help » ou autres…

- Le boulet est une buse pour taper des adresses correctement.
Exemple : « G mi [img*]http://C:\Documents and Settings\moi\secret\neparegardé\ayumisuckhorse.jpg[*/img] sa marche po ! lol »

- Le boulet répond bien souvent pour ne rien dire.
Exemple : « bien di ! »

- Le boulet remonte de vieux topics pour ne rien dire dessus.
Exemple : « lol sa ses bien vrai! » sur un topic vieux de 3 ans…

- Le boulet n'a aucune connaissance de la ponctuation.
Exemple : « svp je cherch l'addresse de l'url de google.fr parske je suis bloquer lol svp faite viiite j'ai mangé des moule hier »

L'intégration du boulet

- Le boulet a tendance à lécher le cul pour se faire intégrer. Sans personnalité, il copie celle des autres pour être bien vu.
Exemple : « lol il et super ton avatar Toto428! » ; « ta trop raison Toto428! » ; « T trop marrant Toto428! »

- Le boulet est par conséquent pitoyable, car le plus souvent, il suffit d'un rien pour le faire changer littéralement d'opinion sur un sujet.
Exemple : « Non, cé pas vraie j'ai jamai aimé Toto428, arrêter! »

- Le boulet peut se montrer agressif, lorsque l'on souligne sa stupidité. Évidement, il ne peut pas comprendre nos arguments, et réplique avec des smileys méchants.
Exemple : « Et toi tes qu'un boulet aussi! » kill.gif couteau.gif tedbundy.gif

- Le boulet veut donner son opinion sur tout, surtout si celle là n'est pas fondé.
Exemple : « moi je panse que c'est nul! lol »

- Le boulet est capable de mentir honteusement pour s'intégrer facilement.
Exemple : notre_dieu_mana_sama écrit « je nez jamai émé Mana! aréter!!! »

- Le boulet pense que tout repartira de zéro s'il se réinscrit.
Exemple : « nah mais ses truc la ses du passer jai changer et mon nom ses pas Toto13 mai Toto14. »

- Attirer la pitié est la dernière tentative désespérée de l'intégration du boulet.
Exemple : usage abusif des smileys qui pleurent ou invention d'une maladie ou de graves problèmes pour expliquer son « ancien » comportement.

- Le boulet ramène en général au moins un membre de sa famille ou un camarade de son collège sur le forum.
Exemple : « bonjour je suis Titi28 et je suis l'amis de Toto28 lol »

- Le boulet insulte en privé quand il sait se servir des messages privés.
Exemple : « Conar Toto970 le pédé lol »

- Le boulet menace de faire hacker le PC de celui qui souligne sa stupidité.
Exemple : « fait pas ton malin, parce que tu va bientôt plus avoir de PC d'ordinateur »

Les comportements divers

- Le boulet poste des messages de moins de 5 mots. Cela souligne son manque de réflexion et aussi le fait qu'il n'a rien à dire d'intéressant.
Exemple : « arrète! »

- Le boulet n'écoute jamais les arguments des autres parce qu'il vit dans son monde et pense avoir raison.
Exemple : « Gackt sama mon bb c le méyeur alor arétter! »

- Le boulet n'achète jamais rien mais est très exigeant sur ce qu'il vole.
Exemple : « je ne veut unikement ds dvd rippé! »; « 192kbp/s, sait pas suffison, ta pas l'album en 320 ou en flac? »

- Le boulet agace.
Exemple : « y paré k'il ya un boulé sur se forum, ou ilé? je les détéste ces conards de boulé! LOL »

- Le boulet ne sait pas faire une citation (1).
Exemple : mais c'est toi le boulet abruti! <QUOTE> </QUOTE>
« sa veut dire koi sa?? »

- Le boulet ne sait pas faire une citation (2).
Exemple : « oué ben comme disait confoisius « piere ki roule, tous les chat sont gris! » maidite sa lol »

- Le boulet a tendance à mentir sur son identité lorsqu'il se réinscrit, même avec l'IP à l'appui.
Exemple : « je ne sui pas Toto52 mais je suis son frere, je ne veux plus venir, enfin il ne veux plus venir LOL »

- Le boulet est toujours pressé.
Exemple : « REPONDER VIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIITE »

- Le boulet s'énerve face à la vérité qu'il ne veut pas accepter.
Exemple : « merde Toto633 tu crois me faire du male avek tes sales vannnes mechente sur le visage refaite d'Ayumi, et ben tattort! sa me fé rien du tou! espaice de vieux conard, demin tes mort!! »

- Le boulet ne sait pas écrire « c'est ».
Exemple : « ses énervant a la fin, ces pas parce-que on marque moins de 5 mot que on est un boulet! sait vrai koi! »

- Le boulet ne sait pas non plus écrire « opinion », qu'il pense dérivé de « champignon » ou « oignon ».
Exemple : « donner moi vos opignions »

- Le boulet ne parle plus français lorsqu'il s'énerve.
Exemple : « j'a veoxn scalpel hfad gnayumi bien fait %lkgnopld merde Toto49 oalunx mour@mn eun fistule qgoa ahahahaha! lol »

- Et d'ailleurs même quand il n'est pas énervé, on ne comprend rien à ce qu'il raconte…
Exemple : « Ouai c pas faux mais bon C vrai que jpan expo ces bien mé si jai pas mes chausssures sur moi ces different le seul reproche que l'on peut faire c que c dur de marché avec ou sent surtout si on en menge un peu lol »

- Le boulet ne considère pas Internet comme un réseau d'échange d'idées ou de partage de données, mais comme un espace pour se faire des amis, ou pire, pour devenir quelqu'un. En conséquence, il ne peut comprendre qu'il y ait autour de lui des gens ne passant pas leur vie sur le Web et sortant de chez eux.
Exemple : « soyer gentil avec moi sinon vous aurez à faire à mon avatar lol »

- Sur les forums, le boulet a TOUJOURS des avatars et des signatures représentant soit DBZ, soit Saint Seiya, soit Naruto.
Exemple : « G pri les meyeur des serie manga en avatar: Saint Naruto Z !! lol »

- Sur les forums, le boulet a TOUJOURS des avatars et des signatures dépassant les trois ou quatre mo chacun.
Exemple : « j'ador ma new sign, c sangohan ki s'bat contre nappa ! jvou lémi en HD lol »

- Sur les forums, le boulet a TOUJOURS des signatures se voulant philosophiques dans le style JC Vandamme.
Exemple : « quand on est au sommet de la montagne, c'est haut »

- Le boulet change d'humeur comme de chemise.
Exemple : « Cest marrant ce que t'as mis. J'aime pas qu'on se moque de moi… ch'tadore! gros conard!! »

- Le boulet confond le participe passé avec l'infinitif.
Exemple : « tout le monde aime hide sama c'est obliger!!! »

- Le boulet croit qu'il suffit de reconnaître qu'il était un boulet pour ne plus en être un.
Exemple : « je suis plus un boulet ses finis sa! LOL »

- Le boulet se créer volontiers un compte spécialement pour écrire un truc pas très sympa sans se faire reconnaître.
Exemple : « Lui sait un con de tte fasson »

_________________
Enter if you dare...
avatar
Eryn
Admin

Nombre de messages : 331
Age : 34
Location : Tokyo - Los Angeles - Amneville
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darkelvenguild.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Eryn le Sam 14 Juin 2008 - 21:25

LE GEEK

Le pro Linux

Le pro Linux est comme tous les reconvertis. Qu’il soit ancien fumeur, végétarien depuis peu ou nouvel adepte d’une religion quelconque, il se sent coupable et honteux de son passé. Avant, le pro Linux était chez Windows, mais il a vu la lumière du dieu Tux et maintenant, il voit ! Depuis ce jour, il est sûr et certain que son système est le meilleur, il n’y a pas à revenir là-dessus. Il fait partie des élus. Désormais, il se sent investi d’une mission évangéliste et porte donc la bonne parole partout où il passe. Et casse les couilles.
La moindre de ses images est en png. On se retrouve donc très vite avec lui avec des photos de plusieurs mo chacune. Il soutient activement le logiciel libre. A l’écouter là-dessus, on pense à Jean-Pierre Coffe. D'après lui, quoi de plus beau que ces p’tits artisans qui programment tous seuls à la louche dans leur coin, puis mettent à disposition de tous sur le Net leur produit, gratuitement, pour que tout le monde puisse l’utiliser. L’utiliser et peut-être également tenter de se faire remarquer par un éditeur afin de le commercialiser, parce que bon, c’est bien gentil, mais ce n’est pas l’altruisme qui paye le loyer. Le logiciel libre est une bonne chose, tant que le programme n’est pas un gros succès. S’il en est un, on voit nos désintéressés de service se muer en de féroces capitalistes, prêts à bouffer le monde entier et à marcher méchamment sur la sainte communauté dont ils sont issus. C'est le problème de ce genre de discours cloisonné, il ne peut y avoir d'évolution sans trahison. On peut au moins reconnaître une qualité à Bill Gates : jamais il n'a retourné son débardeur ; dès le début, son seul et unique désir a toujours été de vendre ses produits aux plus offrants.
Linux permet aussi à une poignée de foireux de se réapproprier l’informatique comme elle le fut il y a de cela 25 ans. Rappelez-vous, à l’époque, pour tripatouiller un ordinateur, il fallait avoir, au minimum, 19/20 en math, porter de grosses lunettes et avoir un visage en ébullition. On les voyait dans Incroyable Mais Vrai de Jacques Martin, ils réalisaient les six faces du Rubik’s Cube en moins de 20 secondes et ne s'exprimaient que par mono-syllabes. Chez eux, dans leur chambre aux rideaux toujours tirés et sentant le renfermé, ils avaient un IBM de 30kg et codaient déjà comme des fous en monochrome sur des supports K7 audio. De vrais mutants ! Linux, c’est un peu ça, mais en version couleur et USB ; c’est le retour de l’informatique pure et dure et uniquement accessible à un public restreint et aguerrit.
Le pro Linux adore régner sur les forums consacrés, section dépannage des newbies, c’est toujours la plus fréquentée… Suivant leurs malheurs, il leur pond une pavé de cent lignes de codes pour faire les mêmes effets visuels que Vista… Parce que neuf fois sur dix, les nouveaux adeptes veulent retrouver sur leur OS gratuit fraîchement installé les mêmes fonctions que leur Windows. Ça valait vraiment le coup de changer de camp… Enlevez tous les gens qui sont sur Linux uniquement par snobisme et vous diviserez par deux le nombre d’utilisateurs dans le monde entier.

Le pro Linux clame partout qu'il préfèrerait qu’on lui coupe une jambe plutôt que de faire tourner un programme made in Microsoft. Hélas, quand on va chez lui, on constate toujours que son ordinateur principal a Windows comme système d’exploitation, et le dernier en date. Il se jette d’ailleurs dessus dès que Billou commercialise un nouvel OS. Bien qu’anti Microsoft primaire, il adore frimer la première semaine devant tout le monde en disant qu’il a la nouvelle édition de Vista 98 XP pack 12 NT. Curieusement, on ne le voit pas aussi excité lorsque Ubuntu sort une nouvelle mouture de son système. Pour un soi-disant puriste, ça la fout mal mais il faut savoir que Linux répond uniquement aux fonctions premières d’un PC : travailler ! Et oui, à la base, un ordinateur, c’est pas fait pour jouer. Y’a les consoles pour ça. Mais comme notre pro Linux est un hardcore gamer irrécupérable, et que les boîtes d'édition de jeux se foutent complètement des systèmes gratuits, il sera à jamais l’esclave soumis de Microsoft et se devra de toujours avoir la dernière version en date de Direct X pour faire tourner ses jeux de cons online où il laisse libre court à sa violence (Counter Strike, Halo ou Call Of Duty) et autre mythomanie latente (Second Life). Et pour éviter les erreurs de compilation de Wine (l'émulateur Windows sous Linux qu'ils possèdent tous, si c'est pas de l'hypocrisie ça…), et foutre ainsi en l'air sa partie sacrée du soir, mieux vaut avoir l’original. Linux est une couverture pour lui, même s’il ne se l’avouera jamais. Il est comme ces « anciens » alcooliques qui boivent en cachette mais fustigent ceux qui sont encore ouvertement dans la bouteille…
Si vous croisez un pro Linux et qu’il commence à vous bassiner sur le fait qu’il faut arrêter d’être sur Windows, demandez-lui sur quel système d’exploitation tourne son World Of Warcraft, puis éteignez votre cigarette dans son œil… Ça le calmera de suite.

Le pro Mac

Le pro Mac est comme tout membre de communautés minoritaires, très engagé et très sectaire. Il hait les pro Windows et tolère de justesse ses petits camarades pro Linux, autres « rebelles » aux cheveux gras de l'informatique.
Qu’il soit riche ou surendetté, comme tous les Français, il n’hésite pas à s’offrir le dernier modèle de Mac Mini Book G78. Pourquoi 78 ? Parce qu’il est 78 fois plus cher qu’un PC ayant les mêmes capacités ! Et oui, entrer dans la secte Apple, ça se paie. Ça a démarré dans les années 80. A l’époque, le particulier qui voulait faire de la PAO de qualité avait deux solutions. La première, c’était de s’acheter un Atari ST Mega 4 et son imprimante laser. Coût total : une brique. La seconde, c’était de se payer un Mac et son imprimante laser. Coût de l’achat : dix briques ! Les différences ? Négligeables mais les possesseurs de Mac ne voulaient rien savoir. Eux étaient des pros de la PAO, ils étaient l'élite ; les autres n’étaient que des amateurs, même si on écrivait mieux qu'eux ! Même chose en musique, où le Mac est solidement implanté.
Vingt ans après, ça n’a pas changé. Comme le pro Windows qui pense que c'est le logiciel de marque qui donne le talent, le pro Mac pense lui que c’est le prix qui rend pro. Utilisant son 6ème crédit à la consommation consécutif, notre banane s'offre la reine des pommes pour rejoindre le verger, car oui, les possesseurs de Mac en achètent pour la simple raison que « les pros en utilisent tous ! » Il pourra donc utiliser son ordi de pro à 2500€ pour consulter ses mails comme un pro, taper ses CV de demandeur d’emploi pro sous Word et naviguer en pro sur le net, avec Internet Explorer, sur des sites de cul pro…
Le reste du temps, il travaille sur son Mac. Il n’a pas trop le choix d’ailleurs car s’amuser sur Mac, faut vraiment le vouloir. Essayer de trouver des programmes de téléchargement, de lecture vidéo, et surtout des jeux, est un défi quotidien pour lui.

La nouvelle vague de pro Mac, arrivée par l'iPod, ou par lassitude des plantages incessants et autres virus tenaces qui pourrissent son PC depuis des années, est sans doute la pire. Persuadés de changer de vie en même temps que d'ordinateur, ces nouveaux convertis oublient tout de leur passé mécréant et moqueur envers leurs quelques amis qui buvaient du cidre depuis le Mac Classic. Après leur chemin de croix (pèlerinage à l'Apple Store, achat de « OS X pour les nuls », inscriptions sur tous les forums Mac du Net…), ils commencent leur propagande, devenant, comme tous les dévots fraîchement convertis, plus pro Mac qu'un pro Mac ; tout en péchant régulièrement sous couvert de manque de compatibilité Mac-PC. Les vieux réflexes ont la vie dure. Après quelques années de tâtonnements, ces fidèles de la dernière heure découvrent qu'ils peuvent eux aussi customiser l'apparence de leur OS jusqu'aux moindres détails et se retrouver, comme tous les amateurs de tuning PC, avec un bel écran de beauf-otaku-geek.
Prix élevé oblige, la mentalité de snobinard-bobo du fan de Mac rejaillit à chacun de ses investissements et sa santé mentale ne dépend que du modèle d'iPod qu'il utilise. « Quoi, tu n'as pas un iPod 40ème génération ? » C’est vrai, comment survivre sans voir des films sur un écran format timbre-poste ? Et vu la durée de la batterie, mieux vaut que ça soit un court-métrage…
Elitiste, le pro Mac se trouve unique et exceptionnel. D'ailleurs le VRP international d'Apple, Steve Jobs, est lui aussi un homme exceptionnel à ses yeux. Comme Bill Gates, Jobs est adulé par des groupies fanatisées et passe pour un innovateur de génie même s’il n’a rien fait depuis des années à part couler sa boîte plusieurs fois de suite…
Convaincu d'avoir connu l'illumination, le pro Mac se fait un plaisir sans cesse renouvelé de tacler les possesseurs de PC lambda, qui n'ont vraiment pas besoin de ça puisque leur sac à puces acheté à l'hypermarché du coin plante sans cesse, entre deux rêves où il se voit lapider à coups de pommes pourries ce voleur de Billou, devenu milliardaire en piquant toutes les idées d'Apple. Donc, les siennes…

Le pro Windows

Le pro Windows est victime du syndrome de l’Amérique. Comme Sarkozy, il se prend pour un winner et ne vit, et ne jure, que par les entreprises gagnantes, de préférence celles du CAC 40 et surtout du NASDAQ évidemment. Quand un patron est multi milliardaire, il lui voue un culte. Bill Gates, malgré sa coupe au bol, ses débardeurs à losanges et sa tronche de membre à vie du club des anciens acnéiques, est son idole.
Le pro Windows hait les logiciels gratuits et libres. C'est une atteinte intolérable au « Marché » … Les siens sont tous des programmes phares et disponibles dans le commerce. Pour lui, la marque est gage de qualité et de résultat optimal ! Dans sa tête, c’est le programme qui a le talent et non la personne… Un bon article ne pourra s’écrire que sous Word par exemple. D’ailleurs, c’est ce que sous-entend également Microsoft à l’Education Nationale, en menace à peine voilée, afin de leur refourguer des licences d’Office plutôt que de les voir prendre des Openoffice : « Avec nous, Microsoft, vos enseignants préparent sérieusement l’avenir de leurs étudiants et auront ainsi de grandes chances de devenir milliardaires, même ceux de couleurs ! Avec nos concurrents par contre, c’est gratuit certes mais ce sont des amateurs et vous prenez le risque de gâcher le potentiel des élèves, surtout ceux de couleurs et vous ne voulez pas passer pour racistes n'est-ce pas ? N'est-ce pas ??? Il se peut aussi qu'à cause de votre éventuel mauvais choix, vous condamniez vos étudiants à devenir RMIstes à vie, qu'ils attrapent un cancer incurable ou que leur classe explose brusquement. Et ce sera de votre faute, à vous ! Alors, attention, faites TRÈS attention à ce que vous allez faire, nous ne vous le dirons pas deux fois… Signez là. »
Mais n’allez pas croire que le pro Windows paye de sa poche les coûteux programmes ! Ah non ! Comment le pourrait-il d’ailleurs ? Quand on est un petit commercial minable uniquement rétribué à la comm’ ou un grouillot en informatique, on a tout juste de quoi ne pas sombrer dans la malnutrition et payer son abonnement à Internet. Pour être à la pointe du progrès, il pirate comme un malade. Il lance Emule ou un client de Bit Torrent (des programmes en open source…) et va-y que je te télécharge le logiciel cracké en question ! Toujours la dernière version en date évidemment. « Adobe vient de sortir une nouvelle version de Photoshop, la 18.0.2 ? Mon dieu, je n’ai que la 18.0.1 !! Vite vite, il faut que j’upgrade !!! » C’est vital pour lui, même s’il ne sait se servir de Photoshop autrement que comme une visionneuse d’images. Autant utiliser un bulldozer pour enfoncer un clou…
Quand il ne trouve pas sur les réseaux de P2P ce qu’il cherche, il utilise une version d’évaluation qu’il a topé dans un Cd gratuit de promo et tente de trouver le serial code, se chopant au passage plusieurs virus dans les dents (niveau bouillon de culture, les warez sont pires que les hôpitaux…) mais il s’en fout, son Norton Antivirus cracké est là, même si sa mise à jour date de son installation. Ben oui, faut se connecter pour bénéficier des dernières définitions de virus et il pourrait se faire repérer… Courageux mais pas trop non plus.

Son PC ressemble à tout sauf à un PC. En bon beauf qu’il est, c’est un adepte du tuning, il possède tous les derniers gadgets tape-à-l’œil pour sa bécane, du système de refroidissement liquide aux néons internes la faisant clignoter comme une devanture de sex-shop. Avec ses tonnes de disques durs internes et externes reliés ensemble sur sa carte-mère dernier cri afin de stocker ses nombreux films de boules en format ISO, il peut donc crier fièrement qu’il a l’ABIT RAID… Son nombre de Go perso dépasse celui de tous les locataires réunis de son immeuble. D’ailleurs, il ne parle plus qu’en To…
Complètement parano et croyant qu’on le surveille alors qu’il n’est rien, il accumule les usines à gaz les plus inutiles et bouffeuses de ressources système mais donnant l'illusion d'être invisible : firewalls, navigateurs rendant soi-disant anonyme, antispywares et destructeurs de traces, ralentissant ainsi de plus en plus sa bécane jusqu’au moment où elle ne peut plus avancer. Croyant alors qu’elle est dépassée, il change de configuration, en moyenne tous les ans, et s’offre le dernier bi-processeur 64bits en date et utilisé par aucun logiciel à l'heure actuelle, une carte-vidéo à 1000€ dont il s'empressera d'exhiber les performances à coups de captures d'écran sur des forums de hardware spécialisés dans les concours de longueurs de bite, des barrettes de ram, un écran 24 pouces etc. Le tout à crédit. Il n’a pas le choix car, tout ça, il ne peut malheureusement pas le télécharger. Il se retrouve donc avec un PC haut de gamme qui lui sert à surfer sur le Net, chatter sur MSN, télécharger et relever ses mails… Il fallait bien ça.

_________________
Enter if you dare...
avatar
Eryn
Admin

Nombre de messages : 331
Age : 34
Location : Tokyo - Los Angeles - Amneville
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darkelvenguild.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Eryn le Sam 14 Juin 2008 - 21:33

lol, celui la sonne bien vrai aussi Very Happy

LA JAPONAISE

Avant sa majorité, la japonaise ne se fait pas remarquer. C’est une petite fille comme des millions d’autres, avec des couettes, un sac Mimiko, des jambes arquées et des dents de traviole. Dès qu’elle fête ses 18 ans, le chrono est en marche et il lui faut impérativement se trouver un homme pour se marier avant ses 30 ans. Elle sait qu’après ça, sa date limite de consommation sera périmée et plus aucun japonais ne voudra d’elle ; sans parler de ses parents qui se poseront des questions sur sa santé mentale... C’est surtout pour ça qu’elle veut se marier : pour plaire à sa famille et leur prouver, ainsi qu’à tout le monde, qu’elle est normale !…
Une fois adulte, la japonaise sera une adolescente attardée toute sa vie. Immature, elle ne sait pas ce qu’elle veut, change d’avis comme de chemise, vit dans la contradiction sans arrêt et rejette toujours ses fautes sur les autres. Elle n’oublie pas, ne pardonne rien, rumine parfois pendant des années entières le moindre mot de travers, et a une conception de l’amour faisant passer Sailormoon pour un sommet de virilité. Egoïste, radine et pas prêteuse, elle ne lèvera pas le petit doigt pour vous aider si elle n’en a pas envie sur le moment, même si vous êtes en danger de mort.

Draguer une japonaise est enfantin. Tout ce qui est kitsch, de mauvais goût et ridicule par chez nous, elle adore et au premier degré ! Les anges, les boîtes de chocolats en forme de cœur, les posters de dauphins, les photos de bébés… Portez-lui le coup de grâce en lui composant un poème bien foireux à base de « lune argentée se reflétant sur l’océan de vos pensées… » Elle vous regardera avec des étoiles pleins les yeux devant tant de romantisme, chose absente au Japon. Le manque de contact a fait des habitants de ce pays de véritables zombies sentimentaux.
Les Japonais ont la même conception de l’amour que les enfants des écoles maternelles, vous savez ces couples de moins d’un mètre se formant dans les bacs à sable, se promenant bras-dessus bras-dessous, imitant ce qu'ils ont vu de leurs parents, et parlant de se marier plus tard, quand ils seront grands… Le Japon est un gigantesque Disneyland à ciel ouvert. Pourquoi croyez-vous qu’ils adorent autant les dramas ? Pourquoi croyez-vous que les abominables Amoureux De Peynet sont l’une de nos exportations phares chez eux ? Leur langue ne se prête d’ailleurs pas du tout à des démonstrations d’amour verbales ou écrites envers des êtres humains. Le japonais, c’est bon pour décrire le mont Fuji sous la neige mais certainement pas pour déclarer sa flamme.
Le romantisme, c’est bien gentil mais ça ne fait pas tout et pour le mariage avec une japonaise, mieux vaut tout d’abord lui montrer un de vos relevés de compte ou votre dernière fiche de paie car elle est obsédée par l’argent et le matérialisme. Son désir secret est de se faire entretenir. Beaucoup se marient avec le premier venu uniquement pour arrêter de travailler, souvent un collègue de bureau, elles ne vont pas le chercher bien loin. Leurs parents, qui se sont presque toujours connus de cette façon, les encouragent d'ailleurs là-dessus. Du moment que le guignol gagne bien sa vie, c'est le principal. Dans la nouvelle génération, certaines sont prêtes à tout pour du blé et se vendent au kilo sans aucun état d'âme. Les castings pour recruter des actrices porno et autres « masseuses » de soap lands ne désemplissent pas. « Fellation, oui. Pénétration, oui. Bondage, oui. Bukkake, oui mais pas plus de 150 mecs à la fois, sinon, ça m’écœure un peu… » Epargnée par la morale hypocrite judéo-chrétienne, la japonaise traite son corps comme un objet dans cette société faite de surconsommation excessive où l'individu ne compte pas. Une dernière étude a démontré que dans la nouvelle génération, 20% des jeunes Japonaises ont franchi le pas du casting pour faire un film porno avec, en première raison, l'argent et en seconde, l'expérience... Soyons humbles, on a les mêmes chez nous.
La japonaise type n’est pas une déesse au lit, loin de là. Elle est comme au boulot : l’homme conduit et elle suit. C’est une planche. Elle ne bouge pas et attend que ça se passe. Si ça lui plaît, tant mieux, sinon, tant pis. N'attendez d'elle aucune initiative. Quel gâchis ! Avoir un tel grain de peau, une si belle chevelure et être aussi passive et sans imagination une fois à l'horizontale, ça frise l'inconvenance.

Son mariage sera probablement sa plus grande joie. C’est le symbole qu’elle a enfin réussi sa vie… Bon, elle n’a connu que deux hommes avant ça et a une vague idée de ce qu’est un véritable orgasme mais ce n’est pas grave. Le dit mariage est effectué en grande pompe, souvent à l'occidentale (la robe de mariée telle qu'on la connaît fait rêver toutes les Japonaises…), avec les deux familles se mesurant sans le dire à qui exhibera le plus son argent dans des cérémonies ringardes où le grotesque côtoie le vulgaire. En cachette, le père de la mariée a chopé son futur beau-fils en lui demandant combien de prime d’assurance-vie touchera sa fille s’il venait à mourir prématurément…
Une fois mariée, la lente descente aux enfers commence pour notre japonaise. Si elle ne fait pas de gosse la première année, elle n’en fera jamais. Son mari l’a déjà oubliée et confie désormais la vidange hebdomadaire de ses burnes jaunes à des hôtesses, appelées également chez nous « putes »… Elle se consolera en s’achetant des mini-chiens, ces horribles petites merdes squelettiques et hargneuses aux yeux globuleux, et en leur offrant tous les gadgets possibles et inimaginables. Ce seront ses enfants par procuration. Les derniers sondages montrent que le taux de natalité japonais s’écroule en même temps que le marché du chien nain explose.
Consultant régulièrement un médecin, et se rendant aux urgences pour un simple mal de gorge, la japonaise se croit tout le temps malade. D’origines psychosomatiques, ses troubles viennent du fait de l’absence de but dans sa vie et d’un ennui profond. A part du shopping, elle n’a rien à faire de la journée, juste attendre. Attendre que son mari rentre, attendre le soir afin de manger et d’aller se coucher, attendre que la nuit passe pour se lever, attendre un éventuel retour de flamme de son mari au lit, attendre de mourir. Certains taulards ont une vie plus riche qu'elle !

Quand elle n’a pas pu se marier, elle s’investit dans son travail vu qu’elle n’a que ça dans sa vie. Elle a beau détester ce qu’elle fait tous les jours, c’est devenu son seul et unique but : bosser. Des TOC commencent également à apparaître ; elle passe son rare temps de libre à astiquer sa maison qui est pourtant toujours nickel puisqu’elle n’y est jamais et n'y ramène jamais personne. Même chose pour son physique, pas la peine de passer quatre heures d'affilée chez un coiffeur puis deux autres chez une esthéticienne quand cela fait plusieurs années qu'on a pas attiré un coquin dans sa culotte. Pour satisfaire ses épisodiques soifs de contacts physiques, elle va régulièrement se faire masser et exige que ça soit par des hommes…
Dans un dernier espoir, elle peut s’inscrire dans une agence matrimoniale afin de trouver chaussures à ses petits pieds mais à son âge, c'est trop tard, elle est devenue bien trop exigeante et difficile. Les quelques rebuts masculins qu’on lui propose ne lui conviennent jamais. Pas assez beau, pas assez riche, pas assez gentil, pas assez ce que vous voulez. Prise dans l’engrenage de l‘échec, elle gâchera sciemment ses dernières chances de se trouver un mec, prétextant toujours une mauvaise excuse, par manque de courage de s’engager réellement, parce que c'est tellement plus rassurant quand il ne se passe rien, ou par masochisme tout simplement. Elle se plaint toute l’année de sa solitude mais elle aime ça ! Elle est comme ces personnages âgées qui n’arrêtent pas de se lamenter sur le fait d’être seules mais qui refusent toujours la moindre sortie dès qu’on leur en propose une, parce qu’elles ont « autre chose à faire ». Quoi donc ? Regarder les Feux De L’amour ? On est pas seul pour rien dans la vie…
Son caractère change en vieillissant, elle devient acariâtre, pénible, sèche et aigrie. Pour tromper son ennui, elle peut s’inscrire dans ces activités chiantes de vieux comme l’ikebana, la peinture de carte-postales ou des cérémonies de thé où elle rencontrera d’autres laissées pour compte dans son genre. Les voilà les thérapies de groupe au Japon !

Si vous êtes un gaijin, elle ne cessera de vous le rappeler et se rapprochera de plus en plus de sa famille, en particulier de sa mère qui ne vous a jamais vraiment accepté et deviendra son clone. Du fait de votre origine, vous ne serez jamais assez bien. Vous n’êtes pas comme eux et ils vous le font sentir à la moindre occasion. Vous serez malheureux jusqu’à la fin de vos jours et ce sera bien fait pour vous. Vous auriez dû savoir que les Japonaises sont faites pour aller uniquement avec des Japonais. Point barre.

_________________
Enter if you dare...
avatar
Eryn
Admin

Nombre de messages : 331
Age : 34
Location : Tokyo - Los Angeles - Amneville
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darkelvenguild.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Eryn le Sam 14 Juin 2008 - 21:51

LE SPORTIF JAPONAIS
Sportif? Pourquoi pas "athlète" nous direz-vous? Tout simplement parce que les athlètes au Japon, ça n'existe pas. Nous sommes des salauds de dire ça? Ok, alors citez-nous un athlète japonais mondialement connu! Alors? Alors?? Et oui... Il y en a aucun. Maintenant, citez un athlète américain. Vous voyez, tout de suite, vous avez des tas de noms qui arrivent dans votre tête pleine d'eau. CQFD.
Soyons franc, le japonais n’est pas fait pour le sport, ses courts membres ne lui permettent pas, et ne lui permettront sans doute jamais, d’égaler les athlètes des pays occidentaux, même les plus mauvais comme les Français...
Certains Japonais pratiquent également la musculation. Du moins, ils essayent. Saluons là tout de même ce bel effort même si le résultat n’en est que plus risible à la sortie car on se retrouve face à une grosse tête de Doraimon posée sur un corps de troll dopé aux stéroïdes...

Alors pourquoi tant d'efforts aussi vains? Pour une simple et bonne raison: bien qu'étant une démocratie moderne et libérale, le Japon est un pays ultra nationaliste, et gagner dans un sport est devenu leur priorité number one. Il leur faut une vitrine extérieure afin de briller dans le monde entier pour prouver qu'ils existent, et en particulier face aux autres pays asiatiques. Le sport de haut niveau est devenu, outre une histoire de fric et de triche, une affaire politique. Staline fut le premier à le comprendre et à le rendre obligatoire dans toute l'ex URSS, lui qui n'en fit jamais de toute sa vie...

Avec une seule misérable médaille aux derniers Jeux Olympiques d’hiver, certes en or, mais en patins à glace chez les femmes et rien chez les hommes, le Japon a bien compris que s’il voulait exister dans une quelconque discipline, il faudrait qu’il l'invente. Et oui, comme au temps du Club Dorothée, ces "Club D'or" que seuls gagnaient la fine équipe, ses musiciens de bal et autres sitcoms made in AB Productions, parce qu'ils savaient très bien qu'aucun organisme officiel ne leur remettrait jamais un seul trophée tant ils étaient la honte de la profession. De la pure branlette destinée à soigner des ego blessés. Là c'est pareil.

Les conditions sont simples pour permettre à un sportif japonais de gagner quoique ce soit. Il faut:

1 - Un nouveau sport qui n’a, et ne sera, jamais été pratiqué en dehors du Japon.
2 - Des arbitres exclusivement japonais.
3 - Des athlètes étrangers soigneusement triés sur le volet, à savoir TRES mauvais vu qu'ils ne sont là que pour prouver que les Japonais peuvent battre des gaijin. Et quand bien même ils gagneraient, car malgré leur énorme cachet, certains n’arrivent pas à se résoudre de perdre face à de tels nabots, il y a toujours les arbitres véreux et les règles du jeu modifiables en temps réel.
4 - Un public de trois millions de japs réunis dans 200m² (ils ont l'habitude, regardez leurs transports en commun. A part Winzip, seul le Japon compresse autant...) qui hurlent à tue-tête: "NIP-PON! NIP-PON!" en agitant leur drapeau à rayons, qui est celui de l’armée impériale...
5 - Des médias complaisants retransmettant en boucle la victoire du héro national.

C’est comme cela que le jap de base peut admirer sur son poste de télé des asticots nippons triompher face à de pauvres gaijin brésiliens, coréens ou encore d’Europe de l’Est dans des jeux (par opposition à sports) tels que K-1, Pride ou encore Special Battle, et croire en sa toute puissance sportive. Ajoutez là-dessus les slogans nationalistes et la pétasse de présentatrice, ex office lady, de vomir à la chaîne des: - Sugoi, sugoi, takumashi desune!!!, toute souriante, malgré ses dents qui ont trop décapsulé de bouteilles...
Tout étant arrangé à l'avance comme le catch ricain, sauf que les Japonais ne le savent pas, ou ne veulent pas le savoir, et devant tant de haine, l'horrible Roberto, Kim Park ou Dimitri n'a aucune chance et ne peut que se faire défoncer la gueule par le beau Masato...

Le Japon prend toujours bien soin de ne jamais faire perdre la face à leurs sportifs chéris, payant très cher pour que les championnats du monde se déroulent chez eux, pour ne retransmettre que les matches de l’équipe nationale... Et quand bien même leurs petits héros se seraient fait éclater devant une équipe étrangère, ce qui arrive tout le temps, qu’à cela ne tienne! Il y a toujours le résumé du match qui ne montrera QUE les quelques points japonais, grâce à la magie du montage, pour finir par conclure à demi-mots (il faut souvent monter le son à ce moment): zannen nagara NIPPON ha shouri wo jitugendekinakatta.
Traduction: - Malheureusement, LE JAPON n’est pas arrivé jusqu’à la victoire!
Comprendre: ILS se sont fait torcher au premier tour...

Le Japon est très similaire à la Corée du Nord, c’est-à-dire nationaliste à en crever et avec des tonnes de trucs à prouver parce que complexé. Regarder une rencontre sportive à la télé au Japon est très relaxant. Finie l’angoisse et la désillusion du résultat final, le Japon gagne à tous les coups! A conseiller aux personnes cardiaques et autres dépressifs.

_________________
Enter if you dare...
avatar
Eryn
Admin

Nombre de messages : 331
Age : 34
Location : Tokyo - Los Angeles - Amneville
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://www.darkelvenguild.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Amras le Dim 15 Juin 2008 - 11:12

Il faut prendre ça au 10ème degré mais c'est marrant à lire

_________________
http://clarn.celeonet.fr/ -> site français sur Rolemaster et les autres produits ICE.
avatar
Amras

Nombre de messages : 2193
Age : 34
Location : Moselle
Date d'inscription : 08/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://rolemaster.forumotion.com/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Profiles

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum